Informations médicales

 

FullSizeRender-33

Le Docteur Clémentine Dufay , Cardiologue au SSR Cardio (Service Spécialisé en Réadaptation Cardio-Vasculaire),  est le Référent du Club de Paimpol,

Nous organisons régulièrement des rencontres avec notre Cardiologue référent,  du SSR CARDIO de l’hôpital de Paimpol,  sur des thèmes comme :

Mieux se connaitre , connaitre sa maladie, son traitement .. Nous pouvons aborder des pathologies spécifiques ..

Ces rencontres donnent  lieux à beaucoup d’échanges

Nous remettons de la documentation lors de ces réunions,  éditée par la Fédération  Française de Cardiologie.

Le SSr Cardio est pour notre Club, une des étapes pour nos adhérents Cardiaques. En effet nous continuons avec le personnel du SSr Cardio,  » l’oeuvre  » accomplie lors du passage des patients cardiaques en réadaptation :   Gym , Ergométrie ainsi qu’Aqua Gym dans un cadre sécurisé et encadré qui permet une diminution très significatives des récidives.

Vous trouverez ci-joint un article écrit par François Cabioc’h dans la Presse d’Armor, à la suite de son accident cardiaque, qui illustre bien l’intérêt de la réadaptation Cardio Vasculaire et par la suite du suivi qui est une des missions des Clubs  » Coeur et Santé ».

Nouvelle Campagne de le Fédération sur les symptômes de l’infarctus chez la femme:

Plus d’infos ici http://bit.ly/PlusDinfos

En cliquant sur le lien suivant vous pourrez visionner le film réalisé à ce titre.

 

En cliquant sur la flèche ci-dessous, vous pourrez visionner un petit film sur:  » Comment repérez un AVC ». Ce film donne des informations simples qui pourront vous aider à réagir rapidement au cas ou vous détecteriez les symptômes annonciateurs.

Ces informations seront régulièrement changées, aborderons toutes les maladies Cardio vasculaires. Si vous désirez approfondir, le site de la Fédération Française de Cardiologie est entièrement à votre disposition. 

Pour le grand public, les maladies cardiaques sont associées à la vieillesse et sont souvent présentées comme étant « une belle mort », parce qu’elle serait instantanée. De fait, les médias ne leur accordent qu’un très faible intérêt, préférant concentrer leur attention sur des pathologies faisant peur ou souffrir.

S’il est vrai que la cardiologie est l’une des disciplines médicales ayant le plus progressé, offrant toujours plus de solutions réparatrices ou préventives pour permettre à l’homme de vivre mieux et plus vieux, il n’en reste pas moins que les maladies cardiovasculaires continuent de tuer. 

Deuxième cause de mortalité chez l’homme (juste après le cancer) et première cause chez la femme, elles touchent également tous les âges, du fait de l’augmentation des risques que sont le tabagisme, l’obésité, la sédentarité et le stress.

Des maladies invalidantes…

Les maladies cardiovasculaires peuvent également être invalidantes, douloureuses, pour le patient comme pour son entourage.
Douleurs physiques et psychiques, isolement social, dépendance accompagnent les maladies cardiovasculaires, touchant des populations plus jeunes puisque exposées à des risques plus présents dans notre vie.L’artérite des membres inférieurs touche environ 800 000 personnes, entraîne encore plus de 5 000 amputations par an (5 348 en 2009 selon les statistiques GHM de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation). Les accidents vasculaires cérébraux touchent 145 000 personnes par an et si près de 32 500 personnes décèdent, il faut savoir que : deux personnes sur trois en garderont des séquelles (21 % des patients souffriront encore d’un handicap léger ou modéré, 42 % seront incapables de marcher sans assistance) et une sur quatre sera dans l’impossibilité de reprendre une quelconque activité professionnelle (Source : L’état de santé de la population en France – Indicateurs associés à la loi relative à la politique de santé publique – Rapport 2009-2010 – Objectif 72)

 

Nous avons souhaité mettre à votre disposition sur ce site l’information la plus exacte, la plus claire et la plus utile possible sur les maladies cardiovasculaires, les conseils pour les prévenir, les méthodes pour les détecter, les moyens existants pour les soigner. Nous pouvons tous être touchés, un jour, par une maladie cardiovasculaire, personnellement ou dans notre entourage. Connaître son corps et ses exigences, les risques que nous lui faisons courir, les conséquences parfois terribles de nos comportements constituent l’un des objectifs des pages de ce site.

 
L’insuffisance cardiaque est un état pathologique indiquant que la pompe cardiaque n’est plus capable d’assurer un débit sanguin suffisant pour satisfaire les besoins de l’organisme.

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque ?

Pour assurer l’expulsion du sang dans l’ensemble de l’organisme, le cœur est habitué à compenser dans certaines situations : par exemple, en cas d’effort, il augmente sa fréquence et son débit. En cas de maladie des valves, des artères ou du muscle lui-même, le cœur va fournir plus d’efforts pour remplir sa mission ce qui peut entraîner, à la longue, des modifications physiologiques, par exemple son hypertrophie (épaississement des parois des ventricules) ou sa dilatation (augmentation de la taille du ventricule) . A leur tour, celles-ci diminuent ses capacités à compenser.

A ce stade, le cœur n’est plus capable d’assurer un débit de sang suffisant pour couvrir les besoins du corps en oxygène, d’abord en cas d’effort puis même au repos.

Contrairement aux idées reçues, l’insuffisance cardiaque n’est pas une maladie de vieillard, chronique, sans traitement efficace, limitée au cœur, toujours grave. Elle peut aussi être une maladie de l’enfant et de la femme enceinte, une urgence vitale (œdème aigu pulmonaire, mort subite), une maladie infectieuse et susceptible de guérison (myocardite), une maladie génétique et familiale, une maladie de l’alimentation (alcool, déficit vitaminique…), une maladie à l’arsenal thérapeutique extraordinairement développé.

Causes de l’insuffisance cardiaque
Elle est le résultat de lésions cardiaques parmi lesquelles on distingue les cardiomyopathies , les maladies du poumon, qui peuvent gêner la circulation du sang ce qui se répercute sur l’efficience du cœur droit et, enfin, les maladies des valves. Assurant l’étanchéité et le passage du sang entre oreillettes et ventricules et entre ces derniers et les artères (aorte et artère pulmonaire), ces valves ou clapets peuvent présenter un rétrécissement freinant le passage du sang ou, au contraire, ne plus être suffisamment étanches au bon moment, entraînant un reflux du sang en sens inverse, obligeant le muscle cardiaque à augmenter les volumes qu’il doit éjecter pour assurer sa mission.

Insuffisance cardiaque diastolique
C’est l’insuffisance cardiaque de remplissage. Elle est la conséquence d’un muscle cardiaque épaissi, rigidifié.

La première cause de l’insuffisance cardiaque diastolique est l’hypertension artérielle, maladie souvent sans symptôme apparent. Mal ou non traitée, elle aboutit à la longue à un épaississement du muscle cardiaque, qui s’est heurté pendant des années à un forte pression des artères et a dû « pousser plus fort » pour maintenir un débit constant.

Un rétrécissement de la valve aortique, entre le ventricule gauche et l’aorte, est une autre cause de l’insuffisance cardiaque diastolique. Avec l’âge, cette valve peut se calcifier et devenir un obstacle au libre passage du sang, obligeant le cœur à lutter pour forcer le passage, conduisant à l’épaississement du muscle cardiaque et la réduction de sa puissance.

Insuffisance cardiaque systolique
C’est l’insuffisance cardiaque de l’éjection, qui révèle une diminution de puissance du ventricule gauche.

Un défaut d’irrigation du muscle représente la première explication connue de l’insuffisance cardiaque systolique. Les artères coronaires qui nourrissent le cœur n’assure plus le transport du sang, soit parce qu’elles sont rétrécies, soit parce qu’elles sont bouchées (situation d’urgence de l’infarctus du myocarde). Une atteinte virale affectant les cellules cardiaques peut également être à l’origine de l’insuffisance systolique.

Causes génétiques de l’insuffisance cardiaque

Certaines cardiomyopathies peuvent être d’origine génétique, suite à la mutation d’un gêne spécifique, telle la cardiomyopathie hypertrophique familiale. Selon son type, l’apparition de la maladie peut être plus ou moins tardive, de la petite enfance à l’âge adulte, même si le gêne mutant est présent dès la naissance. Il peut être utile d’identifier le gêne en cause afin de mieux guider la prise en charge du patient, et de compléter ce test par une enquête

Signes de l’insuffisance cardiaque

L’essoufflement est le premier signe tangible de l’insuffisance cardiaque : d’abord une difficulté à respirer, liée à l’engorgement de sang dans les poumons, ressentie comme un simple inconfort respiratoire, puis un véritable essoufflement à l’effort, qui peut s’aggraver en se manifestant même au repos. Signe d’aggravation majeure, le fait d’être essoufflé quand on est allongé, plus encore que lorsqu’on est assis. Il s’agit là d’un signe nécessitant une consultation d’urgence, voire un appel au 15.

La fatigue est le deuxième signe de l’insuffisance cardiaque, ressentie même pour un petit effort et qui est due au déficit d’irrigation sanguine des muscles, qui en reçoivent pas un apport normal en énergie (sucre et oxygène).

Le gonflement de certaines parties du corps (foie, veines du cou, jambes), gorgées d’œdèmes, est le troisième signe alarmant. Enfin, une prise de poids importante et rapide de l’ordre d’un kilo par jour est un signe particulièrement alarmant, qui traduit une poussée d’insuffisance cardiaque.

D’autres signes peuvent alerter, comme des palpitations, dues au travail excessif accompli par le cœur, ou un baisse de tension, concomitante à une réduction de la capacité d’éjection du muscle cardiaque, ainsi que des troubles de la mémoire ou de la libido.

Réagir dès les premiers signes
L’ensemble de ces signes nécessite de contacter immédiatement son médecin traitant ou son cardiologue.

En cas de manifestation aïguë (sueurs, tête qui tourne, malaise, etc.) et d’essoufflement interdisant de s’allonger, il ne faut pas hésiter à appeler le Samu.

Diagnostic de l’insuffisance cardiaque
La consultation chez le médecin est une source précieuse et indispensable pour le diagnostic, depuis la description des signes ressentis par le patient jusqu’au palpation du foie et l’observation des jambes et des veines du cou, l’écoute du cœur et la prise de la tension artérielle.

Le médecin pourra ensuite prescrire des examens. L’échocardiographie est l’examen clé de l’insuffisance cardiaque. Non invasif, indolore, sans effet secondaire, elle permet d’évaluer la fonction cardiaque et donc d’apprécier au mieux le remplissage, l’éjection, le travail des valves, l’état des cavités…

Autres examens possibles : la coronographie (radiographie des artères du cœur), le cathétérisme cardiaque (pour mesurer la pression dans les cavités) et le test d’effort, qui permettra de mesurer l’intensité de l’effort que le cœur est capable d’accomplir.

 

UN CONSTAT ALARMANT LE COEUR DES ENFANTS EST EN DANGER…

LA CAPACITÉ CARDIO-VASCULAIRE DES ENFANTS A BAISSÉ DE 25% EN 40 ANS !*

“En 1971, un collégien courait 600 mètres en 3 minutes, en 2013 pour cette même distance, il lui en faut 4 ! ” Pr François Carré, cardiologue au CHRU de Rennes et membre de la FFC

On constate une augmentation de l’inactivité physique et du temps passé assis dans le mode de vie actuel des enfants et des adolescents. Ils participent grandement à la progression inquiétante du surpoids et de l’obésité qui touche les jeunes. Ce surpoids associé à la sédentarité explique la réduction de la capacité physique.

Les acquis cardio-vasculaires se font jusqu’à 18 ou 20 ans.
Pour cette raison, bouger dès l’enfance permet de se constituer un “ Capital Santé ”, qui permettra d’éviter plus tard :

le surpoids
l’augmentation de la pression artérielle
la glycémie
du cholestérol

En France, moins de 50 %** des enfants respectent les 60 minutes d’activité physique quotidienne préconisées par les autorités sanitaires.

Notre objectif : sensibiliser les parents

La mise en garde contre les méfaits de la sédentarité sur nos enfants passe par un message fort

“ En faisant au moins 60 minutes d’activité physique par jour, les enfants diminuent le risque de développer une maladie cardio-vasculaire ”.

 

MALADIES CARDIOVASCULAIRES ET ACTIVITES SPORTIVES :

L’activité physique a un effet positif sur le risque de survenue de maladie cardiovasculaire.

De nombreuses études épidémiologiques ont cherché à démontrer l’efficacité de l’exercice physique sur la survenue  et le traitement des maladies cardio-vasculaires :

– Une activité physique intense est associée à une réduction de l’ordre de 50 % du risque d’accident cardiaque fatal ou non. 9 375 hommes âgés de 45 à 64 ans

– Une activité physique modérée entraîne une réduction de l’ordre de 25 % de la mortalité par accident cardio-vasculaire.12 135 hommes âgés de 35 à 57 ans

– Une activité physique faite de longues marches ou de nage, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, entraîne une réduction de plus de 50 % de la mortalité par maladie cardio-vasculaire. 6 131 adultes de 16 à 90 ans.

– Marcher plus de 4 heures par semaine, par rapport à marcher moins d’une heure pour des personnes âgées de plus de 65 ans est associé à une réduction de 30 % des hospitalisations pour maladies cardio-vasculaires

– une marche de moins d’un mile par jour est associée à une mortalité deux fois plus élevée que marcher plus de deux miles. chez des personnes âgées de 61 à 81 ans

– des hommes sédentaires et en mauvaise condition physique ont deux fois plus de risque de développer une maladie cardio-vasculaire que ceux pratiquant une activité physique légère de plus de quatre heures par semaine, et ce même s’ils sont encore en mauvaise condition physique. sur 5 000 hommes

– Une marche rapide de plus de trois heures par semaine réduit de 35 % le risque cardio-vasculaire par rapport à quelqu’un qui ne marche pas. Réduction du risque identique avec une activité physique intense. 72 000 femmes âgées de 40 à 65 ans

 

La réduction des risques est directement liée à l’importance de la dépense énergétique.

La diminution des risques est liée au volume d’activité physique qui se traduit par la dépense énergétique. Plus elle augmente, de 520 kcal par semaine à 3 000 k/cal, plus le risque de décès diminue.

Cette réduction atteint 24 % en termes de mortalité cardio-vasculaire pour ceux qui dépensent 2 000 k/calories par semaine.

Un programme de réhabilitation à l’exercice physique après un infarctus du myocarde conduit à réduire la mortalité, toutes causes confondues, de 24 %, et la mortalité cardio-vasculaire de 25 %.

Deux chiffres à retenir :

– Le risque de maladie cardio-vasculaire des inactifs par rapport aux actifs est multiplié par 2 à 6 selon les études épidémiologiques

– Le risque de survenue de maladies cardio-vasculaires est cinq fois moins élevé chez ceux qui ont une condition physique cardio-respiratoire (appréciée par la VO2 max de bonne qualité).

Certains effets se font directement sur le Coeur.

L’activité physique permet :

– Une réduction de la fréquence cardiaque au repos : Cette réduction via l’activité parasympathique du cœur qui a pour fonction de réduire la fréquence cardiaque. C’est cette fonction qui est activée lors de la pratique régulière d’une activité physique.

Un cœur qui bat plus lentement est dans les conditions plus propices pour assurer ses fonctions à l’effort. Une fréquence cardiaque basse témoigne d’une bonne condition physique et une fréquence cardiaque qui baisse témoigne d’un entrainement physique dont les effets se font sentir. La fréquence cardiaque est la manifestation la plus évidente sur le cœur d’une activité physique régulière

– Une réduction de la fréquence cardiaque à l’effort qui améliore la capacité fonctionnelle et la réserve cardiaque. Ceci permet de mieux protéger le cœur durant l’effort en assurant une meilleure perfusion des artères coronaires dont le rôle est de fournir de l’oxygène au muscle cardiaque

– Une amélioration de la contraction cardiaque et du volume d’éjection. L’entraînement physique augmente la force de la contraction cardiaque et par voie de conséquence volume de sang éjecté lors de chaque contraction du cœur. Cette augmentation, de 20 % ou plus permet une meilleure adaptation du cœur à l’effort.

Certains effets se font sur les vaisseaux et la circulation sanguine.

Ces effets sont multiples :

– Réduction de la pression artérielle : La pression artérielle au repos et celle survenant pendant l’effort sont plus basses quand on est entraîné. Il en résulte des phénomènes permettant de mieux protéger le cœur qui fait moins d’effort lors de l’éjection. Des études montrent une réduction moyenne de 10 mm hg pour la pression systolique et de 7,5 pour la pression diastolique lors d’un entraînement physique régulier.

– Action sur la paroi des artères L’endothélium est la partie interne de la paroi des vaisseaux, celle qui est contact avec le sang. Il joue un rôle important dans le tonus de l’artère. Cette fonction de dilatation de l’artère est altérée par des facteurs de risques tels que l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabac et l’hypertension.

– Augmentation du tonus veineux L’entraînement physique induit une augmentation du tonus veineux. Ceci conduit à augmenter le volume de sang qui revient vers le cœur et donc à augmenter le volume de sang éjecté à chaque contraction.

– Augmentation du volume plasmatique Elle se fait très prématurément dans les phases d’entraînement. Il en résulte une augmentation du volume de sang revenant dans le cœur et par conséquent une augmentation du volume d’éjection. A l’inverse, la pratique d’un exercice physique en endurance améliore cette fonction.

Ce sont des effets indirects mais qui jouent un rôle central.

L’activité physique a également des effets indirects sur le système cardio-vasculaire :

Une réduction des principaux facteurs de risques cardio-vasculaires comme l’hypertension artérielle, le diabète

– Une évolution des modes de vie car la pratique régulière d’activité physique est un comportement santé. Faire du sport cela signifie aussi moins fumer, être plus attentif à sa santé, respecter les dates des examens de dépistage.

– une réduction de la faim après l’exercice et un appétit mieux maîtriser.

– le maintien de son poids

– une action anti stress dont on sait le rôle dans la survenue de problèmes cardiovasculaires.

(Article du Figaro Santé )